Revenir en haut Aller en bas

Boîte à rumeurs

Il paraîtrait que la nouvelle prof de "tolérance" aie des tendances cannibales... - Lamavoyeur

On dit que la première du classement de l'Académie n'a pas eu un seul ami pendant tout son cursus... - Lamavoyeur

Eh les gars ! J'ai entendu dire que Ritsu aurait dit à Zack que Kelya aurait des vues sur Skye mais qu'elle aime trop le fouet de Alistair pour oser déclarer sa flamme à l'élue de son c*l - Anonymousse

Un potin?

à adopter de toute urgence !

Petites annonces

03/08/2016 — Reyha cherche un partenaire RP! Un rp libre est disponible par ici.
25/02/2016 — Jizara vous propose ses services... renseignez-vous

Top sites

©linus pour Epicode

 :: Administration :: Autre truc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Reyha Ernatïs Azarov

avatar
Messages : 56
Date d'inscription : 25/06/2015
Age : 18
Localisation : Dans ton cul
Voir le profil de l'utilisateur




Kaël R. Darwin
Mutant à la solde du gouvernement
Mar 31 Jan - 0:28
avatar2

Nom Azarov.
Prénom Reyha Ernatïs, surnommée "R."
Âge 22 ans
Orientation Femme & Bisexuelle, mais à tendance à préférer la compagnie d’une demoiselle.
Origine des parents Russe (père), espagnol (mère)
Sexe Féminin
Race Humaine
Métier Surveillante à l'académie Castlemist
Groupe Personnel
Parti Humain
GèneX
Autre chose?  Divers tatouages, piercing et cicatrices de combats
avatar1caractère
Minimum quatre lignes pleines.

Cum autem commodis intervallata temporibus convivia longa et noxia coeperint apparari vel distributio sollemnium sportularum, anxia deliberatione tractatur an exceptis his quibus vicissitudo debetur, peregrinum invitari conveniet, et si digesto plene consilio id placuerit fieri, is adhibetur qui pro domibus excubat aurigarum aut artem tesserariam profitetur aut secretiora quaedam se nosse confingit.

Apud has gentes, quarum exordiens initium ab Assyriis ad Nili cataractas porrigitur et confinia Blemmyarum, omnes pari sorte sunt bellatores seminudi coloratis sagulis pube tenus amicti, equorum adiumento pernicium graciliumque camelorum per diversa se raptantes, in tranquillis vel turbidis rebus: nec eorum quisquam aliquando stivam adprehendit vel arborem colit aut arva subigendo quaeritat victum, sed errant semper per spatia longe lateque distenta sine lare sine sedibus fixis aut legibus: nec idem perferunt diutius caelum aut tractus unius soli illis umquam placet.
avatar1physique
Il fait nuit, la lune est pleine. Un éclat de lumière perça la pièce pour aller se répercuter dans le miroir d’en face. Le genre d’éclair qui te réveille en une fraction de seconde. A croire que je devais être dans la norme, car ma tête se redressa vers l’apparition, sachant déjà sur quoi j’allais tomber, bien avant de le voir.
Un mètre soixante-quinze pour une cinquantaine de kilos à peine, offrant une silhouette élancée aux courbes féminines bien tracées, bien que peu volumineuses. Reyha s’avançait de sa démarche qui aujourd’hui s’était décidée à être féline,  contrairement à d’autres matins où elle était plus nonchalante.  C’était le genre de corps qui m’inspirait un désir certain, teinté d’une onde malsaine qui me faisait tourner la tête. Etait-ce dû aux fuseaux verts et argents qui dansaient dans ses yeux ? S’il n’y avait eu que ça…

Ses vêtements courts à la limite du transparent laissaient entrevoir sa peau trop claire pour être en bonne santé, sur laquelle un artiste avait eu le droit de faire courir ses aiguilles à bien des endroits, même ceux auxquels on n’oserait penser.

Elle se posa sur mon bassin, ses deux cuisses entourant mes hanches, alors que ses longs doigts bagués glissent avec expertise le long de mon cou jusqu’à ma poitrine. Ce n’est qu’à cet instant que je sens la chaleur de son épiderme sur ma peau en partie dénudée. A quel moment l’a-t-elle été, je n’aurais su le dire. La brune a un effet si envoûtant que tout tourne autour de moi. Ma main glisse jusqu’à sa chevelure, aujourd’hui noire encre et courte, laissant seulement deux longues mèches dépasser des deux côtés de son visage. Quand je l’ai connu, sa tignasse teinté flamboyait sous le soleil, et mes ongles pouvaient sans mal glisser sur son côté rasé.  Je ne me souviens pas l’avoir un jour vu avec une coupe naturelle, mais elle m’avait dit qu’elle allait se remettre ainsi. Avec une coloration pourpre cette fois. C’est cette excentricité qui fait son charme. Ce sourire carnassier, ces cicatrices mystérieuses qui sillonnent son dos, ces œuvres d’arts sur tout son corps, son caractère changeant, ses iris mystiques.
Mon visage vient s’enfouir de lui-même dans son cou, glissant sur la peau douce pour remonter jusqu’à sa joue. Embrasser son nez discret, mordiller son lobe percé, caresser son ventre plat, et ses fesses rebondit et durcit par le sport pratiqué au quotidien.

- Tu es d’humeur câline ?

Le timbre vibrant de sa voix me ramène à la réalité. C’est vrai, je ne peux m’empêcher de l’admirer à chaque fois que je l’aperçois. Elle a cet effet sur beaucoup de monde. Attirante, tentante, mais tellement distante. Je suis fière d’avoir réussi à l’attirer dans mes bras. Enfin c’est ce qu’elle me laisse croire. Nous savons toutes les deux que c’est elle qui fixe les règles, qu’elle a choisi mon lit plutôt qu’un autre pour le moment seulement, et qu’elle reprendra bien vite son chemin, une clope au bec, un sachet d’herbe dans la poche, et la musique dans les oreilles.

- Distraite hein ? Je vais m’occuper de toi alors…

Son tee-shirt tombe à terre, et je sens sa langue glisser dans mon cou, alors que mon corps se retrouve libéré de ses entraves de tissu. La lumière grésille, et nul cri ne pourrait désormais m’atteindre. Je la laisse m’entrainer au septième ciel. Ce soir, la lune est pleine.
avatar1histoire
Mes parents sont deux adultes nés dans les années 2000, je ne sais plus quelles années exactement, mais il me semble que ma mère, Maria a deux ans de moins que mon père, Vladimir. Ils se sont rencontrés par le plus grand des hasards : mon père, interprète russe qui voyageait avec un homme d’affaire, ma mère, étudiante et danseuse de flamenco à ses heures perdues. Je n’ai jamais trop compris si leur histoire de « coup de foudre » était vraie. Pour moi, il ne tenait de toute manière pas la route, pas la peine que je vous en parle.

Quant à moi, je suis née sur Trappist-1 d, « New Earth », « New World », ou quelques soit l’annotation anglaise que vous utilisez. De toute manière, ici, nous avons tous un traducteur intégré à notre téléphone qui nous permet de comprendre les adultes originaires de différents pays terrestres. J’ai exactement dix mois d’écart avec mon frère. On se ressemble comme deux gouttes d’eau, au point qu’on nous prend souvent pour des jumeaux. Ouais, les jumeaux irlandais, ce n’est pas courant, mais ça arrive. D’ailleurs pourquoi « irlandais » ? Jamais compris. J’m’en fous un peu en fait.

Les Azarov sont une famille calme, modeste, respectable, agréable avec le voisinage, et dont les enfants ne fréquentes pas les établissements trop en marge de la société. Du coup, j’ai été à l’école primaire, et au collège comme une gentille gamine humaine. Et puis, j’ai rencontré des gens qui m’ont fait changer petit à petit. La crise d’adolescence ? Ouais, on peut dire ça. Je me suis rasée la tête à l’insu de mes parents, et mes cheveux noirs se sont retrouvés en crête sur ma tête du jour au lendemain. Je me rappelle que Mama a failli faire une attaque. C’était rigolo, en tout cas, pour mon frère et moi. Adan était plus… sage que moi. Enfin, il faisait des conneries, mais lui ne se faisait pas prendre. C’était la différence entre lui et moi. Bien que complices, nos méthodes pour emmerder le monde était différentes. Lui, il n’hésitait pas à accuser les autres, moi, je revendiquais mes jets d’avions en papier à travers la classe, comme un terroriste revendique un attentat.

En grandissant, les Azarov se sont habitués à mon comportement déplacé. Je jurais beaucoup à l’extérieur de chez moi et des cours, j’étais parfois irrespectueuse –sauf à l’égard de mes parents, et de certains adultes que je portais dans mon estime-. Peu à peu, ce comportement s’est calmé. Je me battais moins, trinquant les coups pour les répliques cinglantes et si honnêtes qui me caractérisaient tant. Je me suis fait des potes, des vrais. J’ai changé de coiffure, revenant à un côté rasé, puis me tournant vers des cheveux courts, et deux mèches longues devant. Jamais je n’ai caché mon regard, ma plus grande fierté, encore moins les tatouages, les piercings et les cicatrices que je recevais des bagarres, et que je considérais comme une fierté. Chacune est  un pas dans mon histoire.
Récemment, je suis entrée comme pionne à l’académie Castlemist, histoire de pouvoir financer mes études de droits. Ouais, comme ça je fais racaille, mauvais genre, mais quand je parle, j’ai de la conversation, de la culture générale.
Bref, l’habit ne fait pas le moine.
 et je chante chanteuh chanteuh ce refrain qui me plaît, et je tape tape tape sur mon clavier. // jean-patoche bruelle.  
avatar1autres

  • Ton pseudo c'est A-Delta

  • Le code c'est

  • Le personnage sur ton avatar c'est OC de Unknown

  • Tu as un DC/TC/QC ici? Oui, c'est Kaël R. Darwin

  • Comment tu es arrivé sur le forum? En licorne

  • D'autres remarques? Je m'auto-valide, hein/out


©linus pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Reyha Ernatïs Azarov
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fofotest :: Administration :: Autre truc-
Sauter vers: